Vous arrive-t-il d’être débordé, de ne pas avoir assez de temps pour accomplir toutes les tâches qui réclament votre attention ? Maison, famille, études, enfants, église, amis… TRAVAIL à ne plus en finir !!! Tous ces aspects font partie intégrante de notre vie, et parfois il est difficile de maintenir l’équilibre. Comment discerner les priorités, savoir distinguer l’essentiel du secondaire ?

 

Jésus ne semble pas avoir eu autant de mal à établir des priorités claires :

« Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part qui ne lui sera point ôtée. » 

(Luc 10 :41-42)

Le contraste qui émerge de ce récit entre les deux sœurs Marthe et Marie, toutes les deux aimées du Seigneur, révèle l’approbation de Jésus, non pas d’une personne en particulier, mais d’un choix nécessaire.

Prenez un moment pour visualiser la scène ; Marthe occupée à divers soins domestiques, Marie assise aux pieds du Seigneur écoutant sa parole. Ce contraste entre activisme et dévotion illustre le danger de noyer l’essentiel dans les exigences du moment. Il n’est pas question de négliger, ou pire encore, de dénigrer, les responsabilités et occupations qui font partie de notre quotidien. Il s’agit ici de donner la priorité à ce qui est prioritaire.

De nombreux passages de la Bible établissent sans équivoque que notre première priorité en tant que chrétien est de cultiver notre relation avec Dieu. Seulement, cela ne se fait automatiquement : cultiver l’intimité avec Dieu est un choix qui relève d’une décision. Un homme sage m’a dit un jour : « Fils, si tu veux vraiment savoir ce qui est important pour une personne, il suffit de regarder à quoi elle consacre son temps. » Le temps, il faut le prendre, à défaut d’en avoir davantage. Développer une relation intime requiert du temps et il n y pas de raccourci en la matière.

On raconte à propos de Martin Luther qu’il aurait dit un jour : « J’ai tellement de choses à faire que je dois passer 3 heures dans la prière avant de commencer. » Inutile de se comparer à Martin Luther, ou à qui que ce soit d’autre d’ailleurs, en fixant des objectifs qui finissent par avoir l’effet inverse se terminant en frustration et culpabilité. Il convient de privilégier la qualité sans faire une fixation sur la durée. Ce qui importe, c’est d’être intentionnel quant à la poursuite d’une relation plus intime avec Dieu. Ne nous contentons pas de notre état actuel, poursuivons de tout cœur Celui qui est infini et inépuisable.

Pour conclure j’aimerais revenir à la question de l’équilibre.  Loin d’être une position fixe et immobile, le maintien de l’équilibre dépend des circonstances de nos situations particulières.  L’effort de maintenir l’équilibre sur une terre ferme est très différent comparé à celui nécessaire pour tenir debout dans une pirogue par exemple. La pression exercée sur les jambes n’est pas identique. De même, dans nos vies, maintenir l’équilibre ne consiste pas à partager à parts égales notre temps parmi nos différentes occupations. Plutôt, il s’agit de discerner ce qui est important à quel moment et d’ajuster en conséquence. Pour avoir le discernement nécessaire afin d’agir à partir d’une perspective divine, rien ne remplace l’intimité avec Dieu.

Aleksis Amin