Pour cette « rentrée » et en cette année de commémoration des 5OO ans de la Réforme, je vous invite à réfléchir sur ces quelques citations de Martin Luther sur la prière. Le Seigneur nous invite à renouveler notre vie de prière individuelle et collective en tant qu’église locale. Je vous laisse le lire, les méditer et  en tirer des conclusions pratiques pour notre vie de prière.

Prier, c’est un dialogue avec le Seigneur. On commence en le louant, on continue en lui apportant nos requêtes et notre intercession, on n’oublie pas de prier la Bible ouverte, et surtout, on lui donne du temps pour écouter sa voix. Trop de chrétiens interrompent leur conversation avec le Seigneur après lui avoir exposé ses propres demandes, sans lui laisser le temps de nous répondre ! Venez prier ensemble dans nos réunions d’église, et rejoignez un groupe contact !

Un jour, Peter Beskendorf, barbier de Martin Luther, a pris la liberté de poser la question suivante à son éminent client: “Docteur Luther, comment priez-vous?”

—  Martin Luther n’a pas trouvé indigne de lui de répondre par écrit, à son coiffeur, une longue lettre de quarante pages, qui a été publiée au printemps 1535 sous le titre: A un bon ami, une manière simple de prier :   “Un barbier habile, lorsqu’il est en train de faire la barbe à un client, doit fixer toute son attention sur le rasoir et la barbe. S’il ne fait que parler, regarder ailleurs ou penser à autre chose, il risque fort d’entailler la bouche ou la gorge de son client. Ainsi, pour faire quelque chose de bien, il faut y impliquer tout son être. Comme on dit: Celui qui pense à trop de choses ne pense à rien et n’accomplit rien de bon! A plus forte raison, la prière, pour être une bonne prière, doit-elle être seule à occuper totalement le cœur!”

Il faut que nos cœurs  soient préparés. Luther énonçait comme une loi cette vérité:  » Celui qui a bien prié a bien étudié. » Nous ne voulons pas dire que les hommes ne doivent pas penser ou utiliser leur intelligence, mais ils utiliseront bien mieux leur intelligence s’ils cultivent davantage leur cœur, commentait Bounds sur cette phrase.

—  Luther écrit aussi: « Veillons à ne pas nous laisser détourner de la prière sous prétexte que telle ou telle tâche est plus urgente – ce qu’elle n’est pas en réalité – et, ainsi, à devenir négligent, paresseux, insensible et soucieux. Le diable, lui, qui rôde autour de nous, n’est ni négligent, ni paresseux ». (Walter Trobisch Covenant Companion (15 octobre 1975)

—  « J’ai tellement de choses à faire que je dois passer 3 heures dans la prière avant de commencer… »

—  « La prière est une forte muraille et la forteresse de l’église; il est une arme chrétienne magnifique ».

—  « Prier, ce n’est pas chercher à vaincre la résistance de Dieu, c’est saisir Sa bonne volonté ».

J’aime particulièrement cette dernière :

—  « Priez et laissez Dieu s’inquiéter ».

 

« Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Mat. 6.34).

Daniel THEVENET