L’amour est le mot le plus important qui exprime notre lien à Dieu ainsi que le lien à notre prochain. « Aime ton Dieu avec tout ce que tu es, et aime ton prochain comme toi-même » Evangile de Marc 12, 31 et dans l’Evangile de Jean 13, 34 Jésus dit aux disciples : «Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés»

L’amour est un sentiment si complexe à déchiffrer que le dictionnaire Hachette se contente de donner la définition de l’amour suivante : « l’attirance affective et sexuelle d’un être humain pour un autre. » Souvent présenté comme un sentiment de séduction dans un contexte de sexualité, comment retrouver le sens de l’amour dans une société où son expression est galvaudée, mal comprise ? Alors qu’il a été vidé de son sens, peut-on le retrouver au travers de notre foi en Jésus-Christ ? 

Dans le beau texte du chapitre 13 de la première épître de Paul aux Corinthiens, même si l’idée du sentiment ne semble pas être première, l’amour dont il est question ici est plutôt une manière de voir l’autre, de l’accepter et le comprendre. L’auteur semble nous dire que sans l’éthique de l’amour, sans percevoir la valeur de ce qui nous lie à notre prochain, nos actions ne trouvent pas de sens. Ainsi, il est tellement important de considérer sa personnalité et intégrer que son action dans l’Église ou ailleurs crée du lien avec le semblable. Et c’est le lien d’amour qui donne raison d’être à tout le reste. L’amour est donc un chemin qui fait sens aux dons et aux talents que nous utilisons dans la vie pour remplir notre vocation ou notre occupation. Mais dans le même texte, avec tout ce que l’amour fait et ne fait pas, il semble être une action envers l’autre et de l’autre envers nous. Certes l’action n’est pas première, c’est l’amour qui est le point de départ de tout, mais l’amour sans action est incomplet. L’amour est une attitude profonde, une manière de voir l’autre et être vu par lui, de le comprendre et accepter qu’il nous comprenne. Ainsi Jésus peut nous commander d’aimer (Jean 15:17), sinon ceci n’aurait aucun sens car on ne commande pas un sentiment. Mais on peut apprendre à s’ouvrir à l’autre. C’est bien d’aimer Dieu, mais si cet amour empêche d’aimer les autres ou de supporter que d’autres aussi aiment Dieu, alors on n’est plus dans une démarche de vie mais dans un chemin de mort. L’amour est donc le commandement qui nous est donné par Dieu. Et c’est dans la marche avec Lui que nous pouvons retrouver le sens de l’amour. Dieu est amour, croire en Dieu, c’est croire dans l’amour. Aimons-nous les uns les autres.                                     

Pasteur Joss Ngandu