Bienheureux celui ou celle qui va à la rencontre de l’autre !

blur-city-crowd-1719Dans l’inspiration des béatitudes qui nous accompagnent depuis cette rentrée, celle-ci pourrait nous procurer beaucoup de joies. Une fois que nous avons pu être connectés à Dieu, et que nous le laissons agir ou parler en nous, il nous met en route. Dans la première alliance, Abraham est appelé « Hébreu », pour le distinguer des autres peuples voisins (Ge 14 : 13).
Le Seigneur n’avait-il pas appelé le père des croyants à partir d’Ur en Chaldée, et à devenir un « passeur, quelqu’un qui traverse », l’un des sens pour définir « Hébreu » ?
Il avait en vue un pays promis ici-bas pour lui et sa descendance. Dans la nouvelle alliance, notre vocation en tant que chrétiens est aussi d’être des « voyageurs sur terre » (1 Pi 2 : 11) et des « ambassadeurs pour Christ », notamment auprès des plus éloignés de son royaume (2 Corinthiens 5 :20). Notre destinée, en revanche est céleste (Philippiens 3:20).

Pour bien accomplir notre mission, nous aussi avons à aller au-delà de quelques barrières :

  • Le doute ravageur quant à notre identité en Christ : Si Christ qui vit en moi, il m’incite à la rencontre et m’assure de sa présence en tous lieux (Galates 2:20).
  • La peur de ne pas savoir comment agir face aux différences physiques, culturelles, voire de classe sociale ! Christ en moi rend toutes choses possibles (Philippiens 4 : 13) et son amour me libère de toute crainte.
  • Le jugement souvent sévère que nous portons sur ceux qui ne nous ressemblent pas ! Jésus a dit « ne jugez pas » (Matthieu 7:1). Il sait que nous sommes plus prompts à voir le mal que le bien chez les autres ; ne perdons pas de vue qu’il a été l’ami des parias de son temps et qu’il est venu sauver ceux qui étaient perdus.

Alors à nous d’oser le dialogue, l’écoute et de faire tomber autour de nous autant de préjugés que possible. Nous pourrons ainsi être l’Eglise de Jésus-Christ, libérée pour atteindre tous ceux que le Seigneur voudrait tant rejoindre par nous !

A. Pace