Dieu nous rend capables de fructifier !

Le Seigneur, l’Éternel, m’envoya cette vision. Voici, c’était une corbeille de fruits. Il dit: Que vois-tu, Amos? Je répondis: Une corbeille de fruits. (Amos 8 : 1-2)

Cette image du livre d’Amos nous fait remonter le temps de 2 800 ans ; à première vue, celle-ci semble dénoter au milieu de l’iniquité, les massacres ou les calamités de l’époque. Le peuple d’Israël est alors environné de toutes parts par une société où la mort est omniprésente, et dont la fin semble arrêtée. La vision de ces fruits parvenus à maturité illustre en fait le jugement divin sur des peuples rebelles, y compris, les israélites : ce n’est en fait qu’une « nature morte » !

Plus loin, presque à la fin du chapitre 9 (11-15), le prophète déclare : « Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, où le laboureur suivra de près le moissonneur, et celui qui foule le raisin celui qui répand la semence, où le moût ruissellera des montagnes et coulera de toutes les collines. Je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël; Ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront, Ils planteront des vignes et en boiront le vin, Ils établiront des jardins et en mangeront les fruits. Je les planterai dans leur pays, et ils ne seront plus arrachés du pays que je leur ai donné, dit L’éternel, ton Dieu. »

Amos n’annonce pas aussi clairement qu’Esaïe la rédemption de tout un peuple, et le salut à toute l’humanité, mais il entrevoit cependant la restauration du royaume de David, et la conversion des nations à Christ (Actes 15 :17-19).

Ceux-ci sont devenus possible depuis que le Messie, semblable à un grain de blé tombé à terre, a porté beaucoup de fruit en mourant sur la croix à Jérusalem il y a plus de vingt siècles ! Il est la semence par excellence qui permet aujourd’hui que quelle que soit la graine répandue avec foi au nom de Dieu, celle-ci puisse porter sa récolte en son temps.
Nous pouvons tous nous réjouir que dans sa grâce, le Seigneur a fait triompher sa miséricorde de toute condamnation. Il a voulu la diversité de semences, une abondance de fruits et Il nous promet une grande diversité de moissons !
Il nous associe à la plus grande des moissons qu’il y ait eu depuis 2 000 ans, celle qui est sur le point d’arriver à maturation. Une profusion de bénédictions, comme c’était déjà le cas lors du pays promis…

Au temps voulu, Dieu ne demande qu’à accélérer son dessein, pour peu qu’il trouve des ouvriers préparés et obéissants. Il veut nous accorder aussi des récoltes abondantes et fertiles !
L’auteur de l’épître aux Galates nous exhorte (Chapitre 6 :9) : « Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. »
Dans cette nouvelle saison qui s’annonce, ayons nous aussi cette assurance : non seulement Dieu tient parole et honore ses promesses à notre égard comme à l’égard de son peuple d’Israël, mais Il désire que nous activions par notre foi les paroles qu’il nous a déjà données, que le Saint-Esprit veut nous rappeler lorsque nous prions ou lisons sa Parole. C’est ainsi que nous pourrons réaliser notre véritable destinée et contribuer à faire avancer son royaume ici-bas. Le fruit que Dieu attend de chacun de ses disciples (Jean 15 :8) est issu d’une relation personnelle et vivante qu’Il veut que nous entretenions au quotidien avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Dieu veut en effet que nous allions de l’avant et que nous ne restions pas bloqués sur des expériences négatives de notre vie chrétienne, sur des frustrations ou des souffrances passées si tel était le cas. Si nous apportons au Seigneur les blessures dont nous souffrons encore, Il pourra non seulement nous apporter sa consolation, mais les transformer en sources de consolations pour d’autres. (2 Co. 1 :4-7)

Rappelons-nous que même si nous avons enduré de longs combats ou de nombreuses épreuves, tout comme Joseph et sa descendance, nous pouvons espérer que le Seigneur « nous fera fructifier dans le pays de notre affliction » Genèse 41:52.

A. PACE