Depuis l’origine des temps, Dieu cherche à entrer en contact avec l’Homme,  sa créature.

Il est, comme ce magnifique tableau de la chapelle Sixtine nous le montre,  pencher vers nous, dans notre direction, cherchant à attirer notre attention, désireux de nous « toucher »,  de communiquer avec nous. De son côté, l’homme étendu de façon nonchalante tend un bras désinvolte en direction du doigt de Dieu.  le regard « plaintif ».

Michel-Ange ne pointe-t-il pas dans cette magnifique œuvre l’essence même du problème de l’humanité ?

Qu’est-ce qui nous empêche de rentrer dans cette magnifique relation voulue par Dieu, relation d’une Père aimant et attentionné envers son enfant  ?

Le premier obstacle nous paraît venir de  l’attitude de cœur de l’homme face à son créateur..

Dans quel état d’esprit venons-nous dans la présence de Dieu ? Quelles sont les motivations qui nous poussent à venir vers Dieu ?

La Genèse nous parle de 2 frères Caïn et Abel  et le nouveau testament relate la fin tragique d’un couple Ananias et Saphira. La lecture de ses textes nous montre  que notre offrande (nos prières, nos dons, notre service) peut tout simplement ne pas être « agréée » par Dieu.

Dieu serait-il un Dieu injuste, ferait-il des préférences ?  Hébreu 11/4 nous dit : « C’est par la foi qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn ; c’est par elle qu’il fut déclaré juste, dieu approuvant ses offrandes ; »

Ces versets parlent d’eux mêmes :  Abel a apporté une offrande « par la foi », donnant à Dieu le meilleur de lui-même, gratuitement par pur générosité. Caïn, Ananias et Saphira ont une attitude de « marchandage », de « calcul », dans le but d’obtenir une faveur de sa part et cela  déplaît à Dieu. Alors, prions que notre offrande soit agréée par Dieu, offrons lui le meilleur de nous-même et venons à lui avec un esprit d’adoration et de  sacrifice gratuit et désintéressé et non avec  un esprit de marchandage ou de transaction.

Le second obstacle nous paraît venir de notre désir de « marcher », « d’avancer », de « bouger » en direction de Dieu.

Lorsque nous observons la vie de nos trois patriarches : Abraham, Isaac et Jacob, nous pouvons constater que seul le nom d’Isaac n’a pas changé.

Abram est devenu Abraham et Jacob est devenu Israël selon la volonté de l’Eternel.

Ces changements de Nom et donc, d’Identité font suite à un changement de direction suite à l’appel de Dieu pour Abraham ou à  une transformation de coeur après une lutte avec Dieu pour Jacob. Ils ont tous deux eu cet élan de coeur vers Dieu pour aller plus loin avec lui. Et ces vies transformées ont impacté les générations futures jusqu’à aujourd’hui.

Par opposition, Isaac, pétrifié par la peur, n’a pas eu de vie et ni d’identité  transformées. Ces récits bibliques nous montrent que nous pouvons traverser notre vie sans véritable changement ou transformation comme paralysé par une histoire trop lourde nous empêchant de nous laisser « modeler » et  rentrer dans notre véritable destinée.

Alors Prions que notre désir de suivre Dieu ne s’éteigne pas, que nous le laissions nous modeler  à « son image » afin que nos vies soient fécondes.

Et enfin le dernier obstacle vient de notre attitude de cœur envers notre Seigneur :

L’exemple de 2 apôtres tels que Pierre et Judas nous montre 2 attitudes de cœur opposées envers Jésus. Tous deux  ont vécu avec Jésus, le côtoyant chaque jour, mangeant avec lui, priant avec lui.

Tous deux, hommes et imparfaits, ont eu des réactions opposées devant l’amour de Jésus.

Pierre a accueilli l’amour de dieu dans son cœur, recevant son pardon et sa grâce. Judas n’a pas compris la dimension de cet amour, restant enfermé et prisonnier dans ses raisonnements humains,  jusqu’à une fin tragique.

Alors Prions que nos cœurs s’ouvrent à l’Amour inconditionnel de notre Dieu, à son Pardon et à sa Grâce.

 

Podcast : Dieu et l’être humain – Brigitte THEVENET (avril 2018)

Brigitte THEVENET