Garde ton cœur plus que tout

Appelés « écrits sacrés » (hagiographa) par les Grecs, et « les Ecrits » (Kethubim) par les hébreux, les cinq livres poétiques de la Bible ont chacun un caractère particulier. Selon l’ordre de lecture, le premier aborde l’art de souffrir (Job), le second l’art de prier (Psaumes), le troisième l’art de réussir (Proverbes), le suivant l’art de jouir (Ecclésiaste), et le cinquième l’art d’aimer (Cantique des Cantiques).

Le livre des proverbes oppose souvent le comportement du sage à celui de l’insensé et nous enseigne qu’il n’existe pas de milieu entre la sagesse et la folie. Proverbe, qui veut dire ressembler, veut nous apprendre la manière de vivre afin qu’elle soit conforme à la volonté de Dieu. Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu (Jacques 1:5)… Je poserai ma loi au fond d’eux-mêmes. Je la graverai dans leur cœur (Jérémie 3:33). Ainsi, la volonté de Dieu est de nous donner de la sagesse et de l’inscrire dans notre cœur. C’est du cœur que viennent nos pensées bonnes ou mauvaises, de vie ou de mort. Jésus-Christ dira dans l’Évangile de Marc au chapitre 7, 21-23 : « Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que viennent les mauvaises pensées qui le poussent à vivre dans l’immoralité, à voler, tuer, commettre l’adultère, vouloir ce qui est aux autres, agir méchamment, tromper, vivre dans le désordre, être jaloux, dire du mal des autres, être orgueilleux et insensé. Toutes ces mauvaises choses sortent du dedans de l’homme et le rendent impur ». Ne soyons donc pas de ceux qui disent : « Ô Dieu, je te rends grâce de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain ; je jeûne une fois par semaine, je donne la dîme de tous mes revenus ». Pendant ce temps d’autres disent : « Ô Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur … »

Ne nous arrive-t-il pas de dire : Est-ce moi qui ai vraiment agi comme cela ? Qu’est-ce qui m’arrive ? Nous, enfants du Dieu trois fois Saint, sommes parfois honteux voire effrayés de découvrir nos attirances étranges, nos drôles de penchants, nos sentiments méchants, nos désirs impurs ; Bref, nos pensées coupables.
On pourrait avoir l’impression que le verset 23, pris de manière isolée, signifie que la vie entière est déterminée par la direction morale que prend le cœur. Par contre le verset 21 nous montre que le cœur est considéré dans ce passage comme le lieu où vient habiter la sagesse. Et il serait juste de croire que c’est parce qu’il est capable d’accueillir et qu’il a réellement accueilli les conseils de la sagesse qu’il (le cœur) est plus précieux que toutes les autres choses précieuses.

Le texte nous dit au verset 26 : « Écarte de ton chemin tout ce qui pourrait te faire tomber, prépare à l’avance la voie que tu veux suivre en évitant les endroits où tu risquerais d’être tenté et de t’exposer imprudemment ». La vie n’est donc pas quelque chose qui reste superficielle et statique. Elle est au fur et à mesure que la vérité est assimilée, et que notre esprit est renouvelé, comme un parfum qui se répand. Ce parfum pour qu’il soit d’une bonne odeur de Christ doit venir d’un cœur que nous protégeons et dans lequel nous conservons la pensée et le conseil de Dieu.

La Parole ne nous enseigne-t-elle pas de la sorte ?

  • Écris tes enseignements sur la table de mon cœur (Proverbes 7:1)
  • Dispose mon cœur à la crainte de ton nom (Psaumes 86:11)
  • Donne-moi un cœur dévoué à l’observation de tes commandements, de tes préceptes et de ta lois (1 Chroniques 29: 19)
  • Mets dans mon cœur tes paroles (Job 22:22)
  • Ô Dieu crée en moi un cœur pur, renouvelle en moi un esprit bien disposé (Psaumes 51:12)
  • Tu veux que la vérité soit au fond de mon cœur, fais donc pénétrer la sagesse au-dedans de moi (Psaumes 51:8)

Ainsi la sagesse nous conseille : « Avant tout, prends garde à ce que tu penses au fond de toi-même, car ta vie en dépend … »

Joss Ngandu