Reposez-vous bien ! Edito de Daniel Thévenet

23849

Pour beaucoup, les vacances sont là, et nous espérons bien nous reposer ! Or la France est le pays d’Europe qui dépense le plus de produits pharmaceutiques relaxants, somnifères et autre anxiolytiques. Notre société est anxieuse, stressée, elle fait face à la crise ; les incertitudes ainsi que l’angoisse font obstacle au repos. Heb. 4:10 déclare « Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes. Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance ».

Ici le sens de « repos » vient de Shalom, qui dérive de la racine shin-lamed-mem (ש.ל.ם), et signifie entièreté, complétion, achèvement, bien-être, tous compris dans le mot paix. Shalom signifie également la santé, le bien-être, la solidité de la sécurité, la tranquillité, la prospérité, la perfection, de plénitude, de repos, l’harmonie, l’absence d’agitation ou de la discorde.

Il faut vivre ce Shalom pour être parfait et complet. C’est donc :

  • La paix par opposition à la guerre, à la lutte, donc « réconciliation », « concorde », il s’agit d’union avec les autres, du refus de la haine, de la discorde.
  • La paix par opposition à l’agitation ou au trouble… Donc « repos », « tranquillité ». On peut parler d’unité (unité de soi, unité de la personne, résultat de l’union avec Dieu). Bien sûr ces deux paix sont liées.

Andrew Murray l’explique ainsi :

« Le repos de Dieu est cette tranquillité sereine de l’âme qui vit dans la communion de Son Dieu, sans se laisser troubler par ce qui l’entoure et en Le laissant agir en nous et pour nous. Ce n’est plus moi, c’est Christ (Gal. 11:20). Voilà le repos de la foi.
L’inconverti dirait : Ce n’est pas Christ, c’est moi . A ses débuts encore chancelants, le chrétien dit : C’est moi et Christ; moi d’abord, et Christ pour combler les déficits. Plus avancé, il dira : C’est Christ et moi. Mais une fois mort avec Christ : Ce n’est plus moi, c’est Christ qui vit en moi, Christ seul. Il en a fini avec ses œuvres; c’est le repos de notre foi et de notre amour, en Jésus, en Dieu, en son amour.
Qui dit repos dit victoire : « L’Eternel vous donnera du repos après vous avoir délivrés de tous vos ennemis qui vous entourent, et vous habiterez en sécurité. » (Deut. 12:10). Notre religion ne doit pas être simplement un désir égoïste d’échapper à la condamnation, et d’avoir ici-bas un peu de Dieu, tout juste assez pour s’assurer une petite place au ciel après la mort. »

En grec le mot signifie : « cesser de faire quelque chose », cela veut dire cesser de vouloir accomplir des choses pour notre salut et cesser de penser que Dieu nous sera favorable par nos actes ou nos efforts. Le repos de Dieu n’est que grâce, il nous est offert gratuitement. Matth 11:28 : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés et je vous donnerai du repos. » C’est réaliser que tout est accompli, que nos péchés sont pardonnés et que notre culpabilité est effacée. L’apôtre Paul le définit en Rm 5:1 comme la paix avec Dieu, en nous invitant à croire car : « Ils ne purent y entrer dans ce repos à cause de leur incrédulité. » Heb 3 :19.

C’est par la foi seule que nous pouvons la goûter. C’est une invitation à nous décharger de nos soucis, de nos fardeaux et autres préoccupations.

  • Le repos est possible et est disponible.
  • Le repos c’est accepter que mon salut ne repose pas sur moi, mes œuvres ou ma volonté.
  • Le repos, c’est vivre dans la confiance entière dans la paternité de Dieu.
  • Le repos, c’est arrêter de vivre en orphelin.
  • Le repos, c’est cesser de s’inquiéter !
  • Le repos, c’est permettre à Dieu d’agir en lâchant prise.
  • Le repos, c’est cesser de juger, les autres et soi même.
  • Le repos c’est cesser de garder des amertumes, des non-pardons.
  • Le repos, c’est mettre son âme au repos, dans le silence, pour recevoir de Dieu sa paix infinie.
  • Le repos c’est entrer dans une joie infinie.

Je termine en laissant Jésus nous interpeller : « Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! » Mat.5 :9.

Je paraphrase : « Vous voulez vivre en enfants de Dieu ? Alors soyez des facilitateurs de réconciliation et de paix ! ».

En fait, cela nous permet de penser que nous pouvons nous libérer de nos anxiolytiques en vivant dans la paix de Dieu et surtout en la communiquant.

Bonnes vacances dans Sa paix !

Daniel Thévenet