ThomasPeux-tu te présenter brièvement ?

Je m’appelle Thomas. Né à Bordeaux, je suis designer produit, installé à Lyon depuis 2001 après quelques années à Paris… J’aime beaucoup l’art en général, les voyages à l’étranger: ça ressource la vue et l’esprit. Manger avec quelques amis de temps en temps et l’humour au second degré…

 

Comment es-tu devenu chrétien ?

Mes parents recherchaient sincèrement Dieu à leur manière mais dans la tradition religieuse. En 1975, un an après ma naissance, installés sur Bordeaux pour mutation professionnelle, ils commencent à fréquenter des missions de rassemblement de chrétiens évangéliques, se convertissent réellement puis prennent le baptême selon l’enseignement du nouveau testament de la Bible. Enfant assez précoce et hypersensible, j’ai toujours eu le souvenir d’aimer et de rechercher Dieu comme soutien. J’ai eu « la chance » de grandir, grâce à mesparents, avec un modèle spirituel qui m’a donné des repères jusqu’à l’adolescence où viennent les remises en causes, les confrontations et les crises… L’été 1990, à 16 ans, lors d’un camps d’ados chrétiens, à la fois révolté par le désintérêt de nos concitoyens pour Dieu, mais touché plus profondément par son amour pour moi, je décide de lui confier personnellement ma vie. A la rentrée scolaire, par conviction personnelle, je concrétisais à l’église ce choix par le baptême. Je savais que ce serait le premier pas d’une relation authentique et croissante en maturité.

 

Comment vis-tu ta foi en ce moment ?

J’expérimente que Dieu contrôle les situations, et surtout celles qui sont franchement stressantes… J’aspire à me ressourcer régulièrement dans l’expression de son amour inconditionnel et parfait : je me sens aimé comme je suis, non pas en fonction de mes capacités ! Je sais qu’avec lui, je n’ai plus rien à prouver. Vivre cela, c’est tellement libérateur pour soi et les autres ! …Avant, il m’arrivait à certaines occasions de projeter sur Dieu l’image d’un patron exigeant et cassant si je ne lui étais plus agréable, c’est tellement faux !

Idem pour la prière : avec les années, et les habitudes, parfois prier c’était devenu comme une contrainte, un devoir pour se donner bonne conscience !

Un jour j’ai enfin compris que prier, c’est un échange entre amis, tout le contraire d’un monologue fastidieux et ennuyeux. Je peux prier à n’importe quel moment de la journée, c’est un dialogue plus intime parce que Dieu s’intéresse aux moindres détails de ma vie.

D’autre part, je suis impacté dans le service de chants au niveau de l’église, ce qui est un réel plaisir parce que notre âme peut s’élever et s’exprimer en apportant le meilleur de nous même pour Dieu.

Enfin je suis en contact avec le groupe des ados de l’église parce qu’ils ont des questions et des réponses à trouver pour pouvoir se construire dans leurs quotidien et face au regard des autres qui compte encore beaucoup dans cette période de la vie.

 

Dieu a-t-il déjà fait quelque chose de particulier dans ta vie ?

Dieu a fait beaucoup pour moi, il m’a donné une réelle espérance pour vivre et aimer le présent au travers de l’exemple de Jésus…

Déjà il m’a guérit de blessures morales, d’abus divers qui, dans le temps, s’il ne les avait pas cicatrisés, m’auraient rendu amer, cynique, manipulateur, révolté, terriblement insatisfait… et m’auraient éloigné de Lui. Je ne préfère même pas imaginer la suite… Je réalise que c’est une faveur spéciale qu’il m’a donné de le connaître aussi tôt.

Il m’a permis de mieux m’accepter moi-même dans mon identité, par sa bienveillance constante, et donc de mieux accepter les autres comme ils sont. Il a donné un sens profond à ma vie, a apaisé mon sentiment d’insécurité en me rappelant par maintes expériences qu’il m’aime trop pour m’abandonner.

Il m’a permis de faire un métier très créatif et passionnant même si le chemin est parfois difficile.

Il a répondu précisément à mes besoins matériels, à mes besoins relationnels avec des amis loyaux et authentiques que j’ai toujours, et sur les plans émotionnels et spirituels en me donnant la soif d’avancer et de rebondir.

Quels sont tes projets, tes désirs ?

J’ai des projets plein la tête, et surtout des idées qu’il faut je note vite pour ne pas les oublier… J’ai très souvent envie de rendre les choses plus belles et en même temps plus accessibles. Mon métier, à la base très lié à la consommation, me pousse à appliquer mes convictions, mes valeurs orientées sur Dieu dans mon inspiration, pour influencer positivement notre société, et ne pas entretenir une certaine complaisance dans un consumérisme malsain et abrutissant dans ses excès.

J’aime rencontrer des gens qui ont une éthique et des valeurs fortes, même si elles ne sont pas nécessairement chrétiennes. Ce sont des occasions de témoigner par notre « savoir–être » et de cultiver l’ouverture d’esprit.

J’aimerais dépasser mes limites artistiques en apprenant le piano, le jazz vocal, le théâtre. Être aussi plus encourageant et motivant pour ceux que je côtoie et les aider à trouver leur épanouissement dans les dons que Dieu leur a donné…

Faire de la place pour rencontrer Madame… Devenir papa, transmettre, après cela… What else ?

 

Quel est ton verset préféré ?

Il y en a plusieurs, en particulier dans le psaume 139 écrit par le roi David :

« Quand j’étais encore informe, tu me voyais; dans ton livre, tu avais déjà noté toutes les journées que tu prévoyais pour moi, sans qu’aucune d’elles ait pourtant commencé. »

Dans ce verset, c’est à la fois vertigineux et rassurant de voir à quel point on peut autant compter pour Dieu…