Une belle plante

De nos jours, plusieurs peuvent témoigner avoir connu l’église évangélique de réveil par le truchement du web. Pour certains, c’est par des affiches ou encore des dépliants. Pour d’autres, par une invitation à rejoindre l’église. Nous sommes plusieurs à avoir trouvé dans notre lieu de culte, un équilibre entre ce que nous recevons et ce que nous donnons. Nous n’avons pas fait que cueillir ou récolter des fruits de l’implication d’un membre, mais nous avons pu aussi arroser cette belle plante qu’est l’église évangélique de réveil de Villeurbanne.

C’est une plante qui a de solides racines. Des racines bien longues et profondément enfuies dans les saintes Écritures depuis 1962, année de sa création.
Durant les années de fréquentation, nous y sommes transformés. Nous allons du fruit à la branche, de la branche au tronc, et j’espère pour plusieurs, du tronc aux racines.
La racine est la partie vitale de la plante. Elle se forme très tôt, dès le début de la germination. Elle permet l’ancrage au sol, et a comme autre rôle d’être un tuteur. C’est elle qui absorbe l’eau et les nutriments. Elle accumule des réserves pour les périodes défavorables. Le fruit peut tomber, les branches et le tronc peuvent être coupés, cela n’empêchera pas à la plante de survivre. Ce qui n’est pas le cas si on coupe les racines. Bref, la racine est indispensable à la vie d’une plante.

Nous avons tous trouvé dans l’église des hommes et des femmes qui nous ont précédés. Consciemment ou inconsciemment, ils nous ont aidé à y rester et à développer notre intimité avec Dieu. Ils ne sont pas forcément des aînés, mais à l’évidence des attaches. Peut-être pour certains des racines pivots, des racines crampons, contreforts, tubérisées, succulentes … À chaque racine, merci d’être là, merci d’avoir été là.

Mais les racines seules ne font pas la plante. Les anciens seuls ne font pas l’église. Nous accueillons régulièrement des nouveaux-nés, des pré-ados, des ados, des jeunes et des moins jeunes. Ceux-ci regardent, observent, proposent et apportent du nouveau ou du renouveau. Pas toujours facile à accepter par les plus anciens. Et quelques fois, par des formes irrespectueuses, ou simplement non à la convenance des plus anciens. Et pourtant ils ont leur place dans la famille, espace qui apparaît comme le lieu privilégié intergénérationnel.
Tout comme les jeunes et les nouveaux ne sont pas seulement l’avenir de l’église, mais le présent. A leur tour, les anciens ne sont pas simplement le passé, mais aussi le présent voire le futur. Il s’agit donc de reconnaître en chacun de la valeur, de l’importance, et de lui donner de l’estime, de l’honneur.

«Ayez de l’affection les uns pour les autres comme des frères qui s’aiment; mettez du zèle à vous respecter les uns les autres.» ‭‭Romains‬ ‭12:10‬

Ici Paul renvoie aux liens solides unissant une famille où nous trouvons le respect et l’honneur. En honorant nous contribuons au bonheur et à l’unité.

«Une parole bien tournée est aussi précieuse qu’un objet en or avec des motifs d’argent.»‭‭ Proverbes‬ ‭25:11‬

La relation que nous développons avec Dieu nous permet de reconnaître que mon prochain dans l’assemblée est sans aucun doute, un acteur incontournable de notre croissance, de notre persévérance, notre fidélité au Seigneur et à son église. Dépendants les uns des autres apprenons à nous honorer pour former une belle plante.

Joss Ngandu

Bulletin d’information février 2016 (pdf)